Fil d'ariane

Chapelure

Titre Décryptage

 

Décryptage

 

Texte M2 (En-tete) La crise sanitaire Covid-19

applaudissement

La crise sanitaire du Covid-19 : un électrochoc pour notre société ?

Chaque crise majeure traversée nous porte à imaginer que le « monde d’après » sera différent, que nous serons plus solidaires, plus forts, que nous ne retomberons pas dans nos vieux travers de surconsommation, de surpolitisation, de pollution à outrance… qu’une société nouvelle ne peut que naître de cette épreuve collective. Et pourtant, même si le 11 septembre 2001, le crash boursier de 2008 ou les attentats de 2015 ont quelque peu modifié certains de nos comportements, ils n’ont pas été à l’origine d’une société nouvelle. Qu’en sera-t-il cette fois-ci ?

Les changements de cette crise sanitaire

Le tsunami du coronavirus, qui a mené la quasi-totalité des pays à enfermer leur population, nous incite à nous interroger sur ce monde d’après. Les pessimistes parient sur des affrontements sociaux et le retour à ce que nous connaissions – de manière plus inégalitaire en raison de la pauvreté que le confinement aura provoqué. Les optimistes rêvent de solidarité nouvelle et de sagesse accrue.

À l’heure où paraît ce magazine, il est encore trop tôt pour savoir qui a raison et qui a tort, mais on peut d’ores et déjà mesurer ce que cette crise sanitaire sans précédent a changé.
 

La « e-life » pour tous !

Le confinement et la nécessaire distanciation physique nous empêchant de côtoyer nos amis et notre famille ont amplifié le rôle des écrans et des applications « sociales ». Nous avons été physiquement isolés, mais virtuellement rassemblés.

Auparavant réservées aux ados, Zoom ou HouseParty sont désormais « squattées » par leurs parents, qui organisent par ce biais des apéros, des parties de jeux de société ou plus sérieusement des réunions de travail à distance. Elles participent aussi à maintenir un lien avec les plus âgés d’entre nous – en particuliers les grands-parents. D’autres pratiques se sont aussi développées de façon importante : les téléconsultations médicales, l’instruction à distance, la visite en ligne d’expositions ou de musées, la consultation de médias numériques… une grande partie de notre vie s’est transposée sur Internet. Et n’oublions pas les plateformes vidéo comme Netflix ou Amazon Prime Video qui ont rythmé nombre de nos soirées de confinés ou encore les sites de vente en ligne.
 

Un repli sur soi et son cercle rapproché

Cette période de confinement obligatoire a sans doute été aussi pour certains l’occasion de se poser, de réfléchir à ce qui était vraiment important pour eux : une sorte de pause – forcée certes – dans la vie quotidienne permettant de se recentrer sur l’essentiel, une période propice au bilan personnel…

Nous avons eu plus de temps à consacrer à ceux avec qui nous partageons nos vies et avec qui nous nous sommes trouvés confinés. Pour la majorité d’entre nous, ces moments vécus 24 heures sur 24 avec conjoint et enfants étaient jusqu’alors réservés aux vacances. Là, il a fallu gérer un temps plus quotidien (courses, ménage, devoirs, travail). Pour la plupart, j’espère, ce furent de bons moments : (re)découverte de ses enfants, de son conjoint, du plaisir des repas familiaux, des moments partagés. La maison a retrouvé un rôle central… Mais pour d’autres, cela a pu aussi faire émerger des problèmes, de la violence.
 

La revalorisation de certains métiers

Nous ne les voyions plus tant ils faisaient « partie du décor » et pourtant aujourd’hui nous avons pris conscience que sans eux cette période aurait été encore bien plus difficile à traverser : il s’agit des caissiers, éboueurs, facteurs, livreurs, mais aussi boulangers, bouchers, maraîchers, policiers, aides-soignants, brancardiers, ambulanciers… Nous avons applaudi les personnels de santé tous les soirs à 20 heures. Essayons après le retour à la normale de ne pas l’oublier…
 

Une consommation différente

Passé le moment d’hystérie consommatrice où nombre d’entre nous se sont rués sur les pâtes, le riz et le papier toilette, il semblerait que nous soyons désormais plus raisonnables, plus experts et aussi plus exigeants en matière de transparence, de garanties sanitaires et de qualité. Le confinement nous a permis de redécouvrir les produits locaux et de saison. C’est le moment de s’apercevoir qu’un centre-ville sans commerçants perd de sa qualité centrale, alors ne négligeons pas les commerces de proximité qui nous ont aidés à traverser cette période et continuons à les fréquenter.
 

La santé au cœur de nos préoccupations

Pendant ces derniers mois – et encore pour les mois à venir –, notre santé et celle de ceux qui nous sont chers fut plus que jamais au cœur de nos préoccupations. Nous avons pris conscience de notre vulnérabilité et de l’importance d’avoir un système de soins efficace. Car même si l’on peut polémiquer à l’envi sur l’absence de masques, de médicaments… notre système de santé mille fois critiqué a tenu bon ! L’hôpital, même en manque de moyens, a résisté grâce à la volonté, à la qualité, à l’ingéniosité des soignants. Chacun d’entre nous réalise aujourd’hui qu’il mérite que l’on se batte pour lui.
 

Un rapport au travail différent

Sur le plan de l’organisation, le confinement a sonné l’avènement du télétravail, qui s’imposera probablement dans les années à venir pour nombre d’entre nous comme une façon normale de travailler. Notre rapport au travail lui-même va sans doute évoluer vers une prise de conscience de l’importance de maintenir un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle.
 

Vers plus de solidarité ?

Tout au long du confinement, on a vu se multiplier des initiatives d’entraide entre particuliers afin de rompre l’isolement des personnes les plus exposées au virus et pour épauler ceux qui sont sur le front de l’épidémie. Cela allait du simple coup de fil pour prendre des nouvelles aux courses pour un voisin, au prêt de logement pour les soignants, à la fabrication de masques par des particuliers ou des entreprises dont ce n’était pas l’activité première. Beaucoup de ces initiatives ont été relayées par les réseaux sociaux qui ont ainsi jouer leur rôle de rapprochement. On peut se prendre à rêver que le déconfinement ne mette pas fin à ces nouvelles façon de vivre ensemble…
 

Chiffres

 ☛ QUELQUES CHIFFRES

  • + de 50 % des Français regardent des plateformes vidéo

  • 10 millions d’utilisateurs de la plateforme Zoom

  • 90 % des Français font de leur santé une de leur première préoccupation

  • 500 000 téléconsultations médicales par semaine soit 11% des consultations (contre 1% d’ordinaire)

  • 32 % des Français ont été en télétravail pendant le confinement
     -60 % pour les dépenses en magasin
     -20 % pour les dépenses sur Internet

 

titre "Consultez tous les articles de la rubrique Décryptage"

Consultez tous les articles de la rubrique Décryptage

4- La santé est dans votre assiette

3- Vers une nouvelle organisation du travail

1- Préservons la terre de nos enfants avec des gestes simples

bloc FOND gris

 
 

Titre (Vignette+picto) autres rubriques Le Mag

Découvrez les autres rubriques du Mag CNM Info

Cliquez sur l'une des vignettes ci-dessous

Agrégateur de contenus