Fil d'ariane

Chapelure

Perturbateurs endocriniens

couple avec article cosmetique

Perturbateurs endocriniens : où se cachent-ils dans votre maison ?

Cosmétiques, produits d'entretien, jouets, les perturbateurs endocriniens sont partout. Qui sont-ils ? Où les trouve-t-on et comment les éviter ?

Que sont les perturbateurs endocriniens et pourquoi sont-ils à éviter ?

Dans le corps humain, ce sont en grande partie les hormones qui régulent la température, la faim, la puberté et le cycle féminin, la libido, etc. Lorsqu’elles sont perturbées, les changements internes peuvent être multiples et parfois problématiques. Ce sont la plupart du temps les perturbateurs endocriniens qui en sont responsables.
Il s’agit en fait de molécules chimiques, que l’on retrouve dans de nombreux produits du quotidien. Il peut par exemple s’agir de phtalates, de pesticides, de bisphénol A, etc. Tous portent des noms compliqués, mais sont très présents dans les produits ménagers, dans les cosmétiques, dans les plastiques, etc.
Contenus dans ces produits, ils pénètrent dans le corps en étant au contact de la peau, lorsqu’ils sont avalés ou inhalés, et peuvent même agir à faible dose. Les conséquences peuvent donc être très graves. Et elles le sont d’autant plus que ces molécules se montrent encore plus néfastes pour les jeunes enfants qui ont tendance à tout porter à la bouche, à respirer plus de poussières. Il est par conséquent conseillé de faire la chasse aux produits qui en contiennent et de limiter l’exposition à son strict minimum, surtout si vous êtes enceinte.

Comment les limiter au maximum ?
Pas toujours facile de les repérer notamment dans notre propre maison ni même dans les produits que l’on utilise tous les jours et pourtant lire simplement les étiquettes peut être très efficace.

1 – Dans la maison

Des scientifiques ont créé le site Lesperturbateursnedocriniens-mamaison.com pour vous aider à analyser et repérer où se cachent les perturbateurs endocriniens dans votre maison. Grâce à la maison virtuelle reproduite par les chercheurs, il est possible d'explorer chaque pièce et d'obtenir des informations sur les risques et comment se protéger. Dans la cuisine par exemple, les perturbateurs endocriniens peuvent se trouver dans la vaisselle (plats, poêle, bouilloire ou moule en silicone). Il faut savoir que les ustensiles peuvent contenir des phtalates ou encore du bisphénol A, F ou S.

Le site propose également des conseils ainsi que des alternatives pour se protéger des perturbateurs. Par exemple, pour les ustensiles mieux vaut éviter le plastique, la vaisselle en plastique jetable ou encore les anti-adhésives de type Teflon. À la place, l'équipe recommande le verre et l'inox.

Chasser les perturbateurs endocriniens de votre logement
Pour s’en débarrasser, quelques gestes simples peuvent être réalisés au quotidien. Sachez par exemple que vous nettoyez forcément votre logement avec des produits ménagers qui en contiennent. Il est donc conseillé d’ouvrir vos fenêtres lorsque vous faites votre ménage ou que vous venez de le terminer. Pensez aussi à éviter certains produits comportant des agents antibactériens. Préférez plutôt les produits écologiques et biodégradables.
Vos nouveaux meubles, surtout ceux qui sont vendus en kit, peuvent libérer dans l’air ce type de molécules. Optez pour du mobilier 100 % bois ou d’occasion, vous pourrez ainsi limiter la présence de perturbateurs endocriniens et faire quelques économies également. Les sols en PVC et la moquette peuvent par ailleurs en libérer. Côté jardin, réduisez votre utilisation de produits chimiques et utilisez-les en vous équipant d’un masque et de gants. Éloignez également les enfants.

2 – Au quotidien

Prenez soin de votre alimentation
Les perturbateurs endocriniens peuvent également se cacher dans ce que vous mangez, à cause des pesticides par exemple. Pour les éviter au maximum, il est recommandé de privilégier les aliments biologiques surtout lorsqu’il s’agit de fruits, de légumes et de poissons. Dans le thon et le saumon, il est malheureusement fréquent de retrouver des traces de ces molécules. Mieux vaut donc limiter votre consommation à une fois par semaine.
Limitez également le recours à des aliments présentés dans des emballages plastiques et aux bouteilles d’eau conditionnées dans ce type de matériaux. Préférez les contenants en verre et cuisinez dans des poêles non adhésives, idéalement en acier inoxydable. Pour l’eau, vous pouvez opter pour l’eau du robinet, en la laissant reposer une nuit pour que le chlore s’évapore ou en utilisant un système de filtrage.

Soyez attentif aux compositions de vos produits de beauté
Les cosmétiques contiennent une part importante de perturbateurs endocriniens. En réduisant le nombre de produits que vous utilisez, vous pouvez ainsi vous en protéger. Sortez par exemple de vos routines de soin les cosmétiques dits « inutiles ». Il peut s’agir des vernis à ongles, des parfums, etc. Remplacez en outre certains des produits par des cosmétiques naturels contenant du savon de Marseille, de l’huile d’argan, du beurre de karité, etc.
Soyez également attentif à la composition des produits en étudiant les étiquettes. Éliminez tous ceux qui comportent notamment des phtalates, des parabens ou du triclosan, surtout s’ils sont directement au contact de vos muqueuses, comme pour le dentifrice par exemple ou aussi le déodorant.

 

Je partage cet article

titre actu

ARTICLES SIMILAIRES