Une mutuelle pour tous, adaptée aux besoins de chacun

Actualités CNM Prévoyance Santé

jeudi 07 juin 2018 Par CNM Prévoyance Santé

> La Ministre de la Santé Agnès Buzyn pourrait remettre en cause le remboursement de l’homéopathie

Suite à l’appel de quelques 124 professionnels de santé contre l’homéopathie en mars dernier, Agnès Buzyn demande aujourd’hui une évaluation précise de son efficacité.

Bien que très appréciée par de nombreux Français, l’homéopathie est aujourd’hui dans le viseur du ministère de la Santé. Une évaluation de son utilité va être lancée dont le résultat déterminera la poursuite ou non le maintien de son remboursement par la Sécurité Sociale. L’Académie de médecine a quant elle déjà tranché en 2004 en estimant que seul l’effet placebo pouvait être considéré. Aujourd’hui, quelques dizaines de produits homéopathiques font toujours l’objet d’un remboursement jusqu’à un maximum de 30 % par la Sécurité Sociale lorsqu’ils sont prescrits par un médecin ou une sage-femme.


Une procédure d’autorisation à la vente particulière

Pour être autorisé à la vente, un produit homéopathique doit passer par le même circuit que n'importe quel médicament. Deux voies sont possibles pour le laboratoire: soit un dépôt de dossier d'enregistrement auprès de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), soit une demande d'autorisation de mise sur le marché, préalable indispensable à une demande de remboursement par l'Assurance-maladie. Depuis 2001, 1 444 souches homéopathiques ont ainsi été autorisées et 66 ont reçu une autorisation de mise sur le marché, selon l'ANSM.
En charge de l'évaluation des médicaments homéopathiques à l'ANSM
Mais alors que tout médicament doit fournir la preuve de son efficacité et de son innocuité, les produits homéopathiques sont dispensés de cette procédure.

 

                                homeopathie