Une mutuelle pour tous, adaptée aux besoins de chacun

Actualités CNM Prévoyance Santé

mercredi 01 mars 2017 Par marketing cnm

> À chaque âge son sport !

On ne vous le dira jamais assez : pour être en forme, il est impératif de pratiquer une
activité physique. Le sport en fait partie. En fonction de votre rythme de vie, de vos envies, mais aussi de votre état de santé, il existe forcément une activité qui vous permettra de vous faire plaisir et de garder la forme. 20, 30, 40, 50, 60 ans… à chaque âge son sport !


Choisir de pratiquer tel ou tel sport doit se faire en fonction de plusieurs critères : ses goûts, son état de santé et son âge.

Bien connaître son âge
L’âge n’est pas une notion si facile à définir, car il dépend de plusieurs facteurs. On parle d’âge biologique, d’âge psychologique et d’âge social. L’âge biologique est en quelque sorte ce que l’on appelle communément « l’âge de nos artères » ! Il est celui que présente le corps en prenant comme critère le fonctionnement de ses organes. Il dépend de facteurs génétiques, mais aussi du mode de vie : activité professionnelle,
pratique d’un sport de haut niveau, tabagisme…
L’âge psychologique correspond à l’image que nous avons de nous-même. Il tient compte de notre capacité d’adaptation, de notre expérience. Enfin, l’âge social varie en fonction des normes culturelles de la société dans laquelle on vit. Une femme de 35 ans peut être à la fois considérée comme une jeune professionnelle ou une mère
plutôt âgée. Pour savoir quel est le sport le plus adapté à son âge, c’est en premier lieu l’âge biologique que l’on doit prendre en compte, car c’est lui qui détermine nos capacités physiques.

De 18 à 65 ans…
Même si, à âge égal, les capacités physiques varient d’une personne à l’autre, on peut tenter d’établir une sorte de chronologie des sports…
De 18 à 30 ans, nous sommes au maximum de nos potentialités physiques. Durant cette période, la pratique de tous les sports est possible, sauf contre-indications particulières. C’est l’âge des performances !

-

De 30 à 45 ans, ceux qui n’ont jamais pratiqué de sport voient leur coordination motrice et leur vélocité maximale diminuer. L’endurance et la force musculaire sont quant à  elles encore bien préservées. Les sportifs de haut niveau doivent généralement  abandonner la compétition ou changer de catégorie (par exemple passer chez les seniors). Les sports de combat, ou violents (comme le hockey sur
glace) sont à éviter.
De 45 à 65 ans, les personnes non entraînées ou sédentaires voient leurs capacités physiques diminuer nettement. Il vaut mieux privilégier les sports d’endurance ou
d’entretien.
Après 65 ans, la diminution des forces motrices est cette fois très nette. L’intensité de la pratique de n’importe quel sport doit être adaptée et la surveillance
accrue.

À 60 ans je m’y mets… Il n’y a aucune contre-indication générale à commencer une activité sportive à 60 ans, cependant il est important de prendre certaines précautions et de choisir un sport adapté. Il vaut mieux envisager une activité d’endurance et éviter les sports qui font appel aux muscles en force et en intensité. Le préalable est l’examen médical, afin de connaître parfaitement ses capacités. Il s’agit, en général, d’un électrocardiogramme et parfois aussi d’un test d’effort afin de mesurer sa résistance cardiaque à l’effort. Il faut aussi mettre en place un entraînement progressif sur l’année. Un coureur débutant commencera par deux séances par semaine de 10 à 20 minutes en trottinant doucement et en finissant par de la marche.
Il est important de veiller à ne pas se déshydrater, car la sensation de soif diminue avec l’âge. Sauf cas particulier, seuls sont contre-indiqués les sports de combat, les sports exposant à un risque important de chute (ski alpin) et ceux qui imposent un  piétinement sur de longues périodes (risque de troubles veineux). Des sports comme le golf, la randonnée, le vélo conviennent à ceux qui ne peuvent plus courir. Il y a toujours un sport à pratiquer ou à découvrir quel que soit notre âge. Alors, à vos baskets !...

gym