Une mutuelle pour tous, adaptée aux besoins de chacun

Actualités CNM Prévoyance Santé

jeudi 08 décembre 2016 Par CNM Prévoyance Santé

> Attention pollution !

Depuis quelques jours, le beau temps n’est pas notre ami et nous subissons des alertes pollution quotidiennes avec de vrais impacts sur notre santé.

On parle de seuil d’alerte mais de quoi s’agit-il?
Selon le ministère de l’Environnement, c’est le «niveau au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé de l’ensemble de la population ou de dégradation de l’environnement, justifiant l’intervention de mesures d’urgence». Il est franchi lorsque la concentration de particules fines dans l’air dépasse 80 microgrammes par m3, comme c’est le cas depuis deux jours. C’est à Paris mais surtout en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-d’Oise que la concentration est la plus forte tout comme en Rhône-Alpes. 

Quelles sont les raisons du pic actuel ?
«C’est un épisode hivernal finalement assez classique, même si ça n’atteint pas souvent ce niveau», explique-t-on à Airparif. Au trafic routier s’ajoutent les émissions causées par le chauffage, notamment à bois. Autre facteur aggravant, des «conditions anticycloniques». La météo ne permet pas de disperser la pollution. Ni dispersion horizontale, avec l’absence de vent, ni dispersion verticale, à cause de la température. 

Quels sont les principaux polluants ? 
Les particules fines. Bien, bien plus petites que l’épaisseur d’un cheveu, elles sont naturellement présentes dans l’environnement, mais aussi générées par certaines activités humaines comme la construction, la combustion de bois ou de carburant et les vapeurs industrielles. Ce sont ces matières microscopiques en suspension dans l’air qui, en ville, noircissent les façades des immeubles. 
Le dioxyde d’azote. Il se forme principalement lors des processus de combustion dans les moteurs de voitures. Très lié aux transports, il touche fortement les villes, et est émis en plus grande quantité encore par les moteurs diesel.
Quelles sont les conséquences sur la santé ? 
Les particules les plus petites pénètrent dans les ramifications des voies respiratoires, mais aussi le sang. Elles peuvent générer de l’asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardio-vasculaires et des cancers.
Les personnes fragiles doivent donc éviter de sortir et ne pas faire d’efforts physiques. C’est peut-être le moment pour les joggers de ranger leurs chaussures de sport pour quelques jours !