Fil d'ariane

Chapelure

L’Ile-de-France : 1er désert médical de France !

désert médical

L’Ile-de-France : 1er désert médical de France !

La Région Ile-de-France est devenue le 1er désert médical de France. 96% de ses habitants ont du mal à accéder à des soins médicaux.

Impossible de trouver un médecin traitant après avoir déménagé ? Des semaines voire des mois avant d’obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmo ? C’est désormais monnaie courante pour les habitant de l’Ile-de-France.

62,4% de la population vit dans des zones les moins dotées en médecins généralistes. Et toute la Région est touchée, y compris Paris et notamment les XVII, XIX et XXèmes arrondissements. L’Agence Régional de la Santé a débloqué un budget supplémentaire de plusieurs millions d’euros pour aider les médecins qui acceptent de s’installer dans ces zones « rouges ».

Ce problème d’accès aux soins avec des délais qui s’allongent entraine un retard de prise en charge et donc un vrai risque pour la santé des patients notamment en termes de dépistage.

La première cause de cette pénurie est le nombre de médecins partis en retraite ces dernières années. Et cela ne risque pas de s’arranger car aujourd’hui un médecin libéral sur deux a plus de 60 ans ! Et un médecin qui part en retraite c’est environ 1 500 patients qui se retrouvent sans solution.

Une autre cause importante est l’existence du fameux « numérus closus » qui a limiter le nombre de jeunes médecins. Même si ce dernier est aujourd’hui officiellement supprimé, les facultés et les professeurs ne peuvent accueillir beaucoup plus d’élèves. Par ailleurs beaucoup des jeunes diplômés partent s’installer en province notamment pour préserver leur qualité de vie et travailler en tant que salarié dans des centres de santé.

Enfin, il existe aussi des problèmes inhérents à l’Ile-de-France : le coup des loyers, et celui de la vie alors même que le montant de la consultation (25 euros) n’a pas évolué depuis 2017 et qu’il est le plus bas d’Europe !

La télé-médecine pourra contribuer à modérer le phénomène mais n’est pas LA solution car un médecin à besoin de toucher, de parler, d’établir un véritable contact humain de proximité avec ses patients.

 

Je partage cet article

titre actu

ARTICLES SIMILAIRES