Fil d'ariane

Chapelure

Changement d’heure, quelles conséquences ?

horloge changement d'heure

Changement d’heure, quelles conséquences ?

Pour la dernière fois nous avons changé d’heure le 28 mars. Désormais nous resterons toute l’année à l’heure d’été. Une bonne nouvelle ? Sans aucun doute car ces changements en octobre et en mars ne sont pas sans avoir des conséquences sur notre santé.

C'est au début du siècle dernier que l'Angleterre, puis l'Allemagne et enfin la France ont adopté le système d'heure d'été/heure d'hiver, système qui consiste à avancer ou retarder l'horloge de 1 heure à chaque équinoxe.

Initialement mis en place pour des raisons d’économie d’énergie, ce procédé de plus en plus décrié pour son inefficacité n'est pas sans conséquences sur notre santé.
 

Un sommeil perturbé

Nous venons de perdre une heure de sommeil en reculant nos pendules d’une heure ! Et ce n’est pas sans conséquence sur notre santé.

Le sommeil, qui fonctionne par cycles de 24 heures peut être ainsi perturbé pendant plusieurs jours et peut provoquer chez certaines personnes :

  • des troubles de l'endormissement ou de l'attention ;
  • des troubles de l'appétit ;
  • une baisse de la capacité de travail ;
  • des troubles de l'humeur.

Le changement d'heure est considéré par beaucoup de scientifiques comme encore plus néfaste sur la santé que le décalage horaire lié aux changements de fuseaux lors de voyages :

  • En effet, le changement d'heure ne va pas de pair avec un changement d'activité, comme lors des voyages, par exemple.
  • L'homme doit, sans changer de quotidien géographique, décaler toutes ses activités comme autant de repères temporels :
    • l'heure des repas,
    • l'heure du réveil,
    • l'heure du coucher, etc.

Le changement d’heure peut aussi engendrer des perturbations hormonales dûes aux problèmes de sommeil. En effet, la mélatonine qui régule le rythme réveil / sommeil est directement impactée par la durée de la nuit, différente en été et en hiver. On estime qu’il faut deux heures de lumière atténuée pour que la mélatonine atteigne le niveau nécessaire au déclenchement du sommeil.
 

Quels sont les risques et qui est concerné ?

Les troubles liés au changement d'heure sont plus fréquents chez 3 groupes à risque :

  • les personnes âgées, plus habituées à des horaires fixes et à un sommeil court sont susceptibles de subir plus intensément un décalage d'horaires ;
  • les enfants et en particulier les bébés : au cours du changement d'heure d'été, les nourrissons passent d'un coucher/réveil dans la pénombre à un coucher/réveil à la lumière du jour, ce qui peut engendrer des perturbations sur leur sommeil ;
  • les personnes malades ou hospitalisées déjà affaiblies et subissant plus fortement des troubles d'adaptation aux nouveaux horaires saisonniers.

En plus des perturbations classiques du sommeil des conséquences plus graves peuvent directement découler du changement d'heure comme, par exemple, une augmentation de 5 % du nombre d'infarctus pendant la semaine qui suit le passage à l'heure d'été.
 

Comment éviter ses conséquences ?

On estime qu'il faut environ 1 semaine pour s'adapter au changement de rythme provoqué par le passage à l'heure d'été ou d'hiver. Mais pour mieux s'y préparer, il existe quelques précautions à prendre :

  • décaler ses heures de sommeil de quelques minutes/quarts d'heures pendant 2 ou 3 jours en amont ;
  • limiter le stress dû à la peur de ne pas se réveiller en programmant ses équipements électroniques la veille ;
  • sortir quotidiennement afin de profiter de l'ensoleillement ;
  • ne pas hésiter à modifier son rythme de travail si possible afin de se caler sur le rythme solaire, aller au travail plus tôt pour finir plus tôt et profiter de la lumière jusqu'à la fin de la journée par exemple ;
  • se reposer le plus possible dans la semaine qui suit le changement d'heure.

En complément de ces pratiques du quotidien, le recours à une cure de vitamines ou de magnésium peut aussi être envisagé. Dans tous les cas si la fatigue ou d'autres symptômes persistent, n'hésitez pas à consulter un médecin.

 

Je partage cet article

titre actu

ARTICLES SIMILAIRES